Son histoire

Le bourg de La Flotte est très ancien. Il s’est construit peu à peu le long de la baie du Pertuis Breton qui va de la Pointe des Barres, à l’est, à celle du Couronneau, à l’ouest, et qui a servi de mouillage aux bateaux dès l’époque romaine.

De nombreux vestiges retrouvés lors de fouilles effectuées dans les quartiers du Port et de Puits-Lizet – comme des monnaies à l’effigie des empereurs romains ou un vase de bronze à l’effigie de Bacchus – témoignent d’une occupation permanente du centre-ville actuel, dès le IIIème siècle après Jésus Christ.

Tournée vers la mer mais aussi vers l’agriculture en raison de la mise en valeur de son territoire par les moines cisterciens de l’Abbaye des Châteliers qui ont, dès le début du moyen âge, défriché les forêts qui couvraient alors l’Ile de Ré, la Flotte a subi au cours des guerres franco-anglaises du XIII, XIV et XVème siècles, ou des guerres de religion au XVIème siècle, de nombreuses destructions.

Il faudra attendre les XVIIème et XVIIIème siècles pour qu’une plus grande présence de la marine royale sur nos côtes la mette à l’abri des bombardements et des incursions ennemies. C’est pourquoi le port actuel et le centre de la commune sont marqués par des constructions datant de cette époque – maisons d’armateurs et de négociants, heureusement préservées, grands entrepôts – elles forment un bel ensemble architectural qui donne à La Flotte une unité élégante et témoigne d’une période qui, dans l’histoire de la commune est celle d’une solide prospérité.

Les XVII et XVIIIème siècles correspondent en effet à l’époque où une dizaine de maisons de commerce, établies quai de Sénac ou sur le cours actuellement nommé Félix Faure, exportaient vers les autres ports de France et vers l’étranger la production viticole de l’Ile de Ré – alors plus importante qu’aujourd’hui – ainsi qu’une partie importante de sel produit dans les marais du nord de l’Ile.
Elles importaient en retour du bois de construction, des mâts de bateaux et tous les produits nécessaires à l’artisanat, au commerce et à l’agriculture, offrant ainsi à la population flottaise, trois mille habitants à l’époque, la possibilité d’une vie économique diversifiée.

Le Port de Commerce, avec ses bricks étrangers ancrés dans la baie et déchargés par un intense va et vient de barques durera jusqu’au milieu du XIXèmesiècle et disparaîtra avec les derniers grands voiliers. Mais il laissera derrière lui, intact jusqu’à nos jours, un cadre d’activité de grand prestige qui s’ouvre sur un plan d’eau magnifique.

Sa jetée et ses digues abriteront, au siècle suivant, avec plusieurs chalutiers, une belle activité de pêche que quelques marins locaux prolongent encore de nos jours et que les voiles de couleur utilisées par les vieux gréements de l’Association Flottille en Pertuis, illustrent et rappellent.

Favorisées par un site maritime unique, la navigation de plaisance et une intense activité touristique moderne ont pris joyeusement possession des lieux aujourd’hui. La vitalité du présent s’allie donc au charme du passé dans l’imposant décor de pierre hérité d’autrefois. Cet heureux contraste donne à La Flotte une originalité particulière.

Historique des maires

Liste des maires depuis 1790
Période Identité Profession
1790 – 1791 Jean Henry-Lainé bourgeois
1791 – An II N, J. Brizard-Durocq négociant
An II – An II Michel Porsain-Coursolle négociant
An II – An III Josué Sibille bourgeois
An III – An V Jean Louis Hibry négociant
An V – An XI Jacques, Louis Rateau négociant
An XI – An XIV Jean Pierre Deramé marchand
An XIV – 1814 Pierre Valleau négociant
1815 – 1825 Jean, Pierre Deramé marchand
1826 – 1833 Jean, Hector Lem propriétaire, rentier
1834 – 1837 J J Margotteau négociant
1837 – 1852 Adrien Ponsin médecin
1852 – 1855 Charles Villeneau propriétaire, rentier
1855 – 1855 * François, Maurice Gaussens négociant
1855 – 1869 Sébastien Sibille-Lavertu notaire
1869 – 1870 ** Jean Émile Fourgnaud médecin
1869 – 1870 ** Marc Brin négociant
1869 – 1870 ** Etienne Margotteau négociant
1870 – 1870 ** Charles Biret notaire
1870 – 1871 Jean Émile Fourgnaud médecin
1871 – 1877 Aimé Napoléon Bos drapier
1877 – 1878 Charles Biret notaire
1878 – 1882 Aimé Napoléon Bos drapier
1882 – 1896 Camille Magué propriétaire, rentier
1896 – 1919 Charles Biret notaire
1919 – 1927 Gaston Lem Haut-fonctionnaire
1927 – 1935 Aristide Guignier Viticulteur
1935 – 1941 (Dominique) Noël Remigereau Agriculteur
1941 – 1945 Pierre Brochard Officier de carrière
1945 Alfred Sicateau Agriculteur
1945 – 1947 (Dominique) Noël Remigereau Agriculteur
1947 – 1952 Eugène Chauffour Commerçant
1959 – 1971 Guy Margotteau Retraité administrateur de la France d’Outre Mer
1971 – 1977 Raymond Poncet Ostréiculteur
1977 – 2015 Léon Gendre Hôtelier, restaurateur en retraite, conseiller général
2015 – en cours Léon Gendre Hôtelier, restaurateur en retraite, président du CAUE (Conseil Départemental)

* Pour 1855, Conseiller Municipal faisant fonction de Maire.
** Pour l’année 1870, du 21 octobre à juillet, (Fourgnaud, Brin, Margotteau, Biret) Commission Municipale