La Flotte, aujourd’hui

La Flotte est une commune du sud-ouest de la France, située sur l’Ile de Ré. La graphie « La Flotte-en-Ré » est également utilisée.

C’est la commune la plus étendue de toute l’île de Ré et la deuxième par sa population, se situant après Sainte-Marie-de-Ré mais devançant Saint-Martin-de-Ré, son chef lieu de canton.

Son village et son port se situent sur la côte nord de l’île de Ré face aux côtes de la Vendée et au pertuis breton.
Son rivage est bordée de petites falaises de calcaire et d’une petite plage.

  • Son administration

    Pays : France
    Région : Poitou-Charentes
    Département : Charente Maritime
    Population : 2 984 habitants appelés les Flottais
    Superficie : 1 232 hectares
    Latitude : 46°11’16 » Nord
    Longitude : 1°19’28 » Ouest

  • Les chiffres clés

    La commune de La Flotte se compose de :

    5 km : longueur des côtes
    3 km : frontières avec la commune du Bois Plage
    5 km : frontières avec la commune de Sainte Marie
    1 km : frontières avec la commune de Saint Martin
    3 km 500 : frontières avec la commue de Rivedoux
    1 000 hectares : espaces naturels
    dont 500 hectares : espaces agricoles
    200 hectares : espaces urbanisés
    17 m : altitude la plus haute relevée au Moulin de la Pierre
    0 m : altitude la plus basse

    Évaluation démographique

    Année 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
    Nb habitants 1 578 1 681 1 737 1 878 2 452 2 737 2 907 2 984 2 893
  • Ses marchés

    Quand nous parlons du « Marché », nous pensons souvent, pour ne pas dire toujours, au marché du centre bourg, ouvert en 1805. Son architecture médiévale en fait un lieu très visité par les touristes de passage, mais également très fréquenté pour ses commerces. Toutefois, d’autres lieux remplissent également une fonction commerciale : « le marché nocturne » qui prend possession du cours Félix Faure durant la saison estivale et « La Braderie » de juillet et d’août.

    Le marché

    « Le Marché » du centre bourg est « constitué d’une épine dorsale d’une dizaine de commerçants dont « les bancs » sont loués à l’année », « nous trouvons le boucher, le poissonnier, le charcutier-traiteur, … mais les gens peuvent y acheter leur pain, leur fromage, leur primeur…».

    A côté des emplacements à l’année avec une convention d’occupation du domaine, les autres sont pris, par des commerçants, des maraîchers, des artisans, … à la journée ou à l’année avec un abonnement.

    Chaque jour de l’année, le marché est ouvert pour les produits alimentaires, il est « plus étoffé » les mercredis, samedis et dimanches matin.

    Dès le 15 juin, le marché prend sa tenue d’été jusqu’au 15 septembre. Tous les emplacements sont occupés et les mercredi et samedi sont les jours de « grand marché ». Le cours Félix Faure et une partie de la place du 11 novembre 1918 est entièrement occupé par les camelots, les parkings restent accessible.

    Le marché nocturne

    « Le Marché nocturne » : ce marché est « une animation nocturne pour les vacanciers de la commune et des villages voisins de flâner sous les arbres du cours, de profiter des spectacles quotidiens, de se promener sur le port de profiter des restaurants, des glaces, des crêpes … prendre son temps … ».

    Ce marché se tient sur le cours Félix Faure de la première semaine de juillet à la dernière du mois d’août. Une quarantaine de créateurs de bijoux, d’artisans, d’artistes peintre, … s’installe tous les soirs de 19h à 23h

    La braderie

    « La Braderie » : est la troisième animation commerciale, en général le dernier jeudi des mois de juillet et d’août. Toutefois, selon le calendrier les dates peuvent varier.

    Plus de 120 camelots fréquentent chaque année la braderie de juillet, près de 100 au mois d’août. Cette baisse du nombre de camelot est due au départ de certains, dès les derniers jours d’août, dans le nord ou l’est de La France pour participer à de très grandes braderies, certaines bien célèbres.

    Des camelots reviennent régulièrement, mais il faut relancer l’offre de braderie dans les magazines spécialisés de chambres de commerce.

  • Ses espaces naturels

    La valorisation des espaces naturels et agricoles

    La commune dispose d’environ 1 000 hectares non urbanisés, la municipalité souhaite maintenir dans son projet de gestion des bois, landes et friches, la biodiversité de ces sites tout en permettant le maintien des activités compatibles telles que l’agriculture, la chasse, les activités équestres, de randonnée, …

    La majorité de ces espaces naturels est constituée de :

    Bois
    Bois
    Pré-bois
    Pré-bois
    Fougeraies
    Fougeraies
    Pelouses sableuses
    Pelouses sableuses
    Prairies et cultures
    Prairies et cultures
    Vignes et maraîchage
    Vignes et maraîchage

    Ces espaces forment une belle mosaïque de milieux et de paysages divers qui offre nourriture et protection à une faune et une flore très diversifiées et surtout propres à notre territoire, mais une mosaïque fragile.

    Une commission « Biodiversité » et un Comité de gestion ont été mis en place, composés de : La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) qui a réalisé l’inventaire de la faune des vertébrés : mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens, Nature Environnement 17 (NE17) et de Ré Nature Environnement (RNE 17). Ces deux associations ont réalisé l’inventaire des insectes, appelé l’entomofaune, en particulier des papillons de jour (de l’ordre des rhophalocères) et des insectes tels que les criquets, les grillons, les sauterelles,… (de l’ordre des orthoptères) ainsi que l’inventaire Botanique. Par ailleurs, RNE 17, en la personne de Pierre Le Gall, a commencé un inventaire des champignons. Sont associés le Conseil Général, l’Office National des Forêts (ONF), l’Association Communale de Chasse Agréée de La Flotte (ACCA), le Conservatoire du Littoral, un représentant des agriculteurs, un représentant des centres équestres et un ancien ingénieur agronome de la Chambre d’Agriculture qui apporte une aide précieuse par sa bonne connaissance du milieu agricole de La Flotte et de l’île de Ré.

    Deux opérateurs fonciers interviennent sur ce territoire : le Conservatoire du littoral, mais surtout le Conseil Général qui détient près de 220 ha. Il fait l’acquisition des terrains au titre des Espaces Naturels Sensibles (ENS). Les parcelles privées représentent les 70% restant du territoire.

    Extrait du bulletin municipal – Automne/Hiver 2014

     

    Attention aux plantes exotiques envahissantes

    Les plantes exotiques envahissantes sont des espèces qui ne sont pas présentes à l’état naturel dans un territoire donné, elles ont été introduites par l’homme. Ce sont des espèces très compétitives, qui peuvent se développer de manière rapide (forte dissémination des graines, croissance rapide, grande adaptation aux milieux et résistance au climat).

    Leur propagation présente une menace importante pour la biodiversité de l’île de Ré, avec des conséquences écologiques, mais aussi économiques ou sanitaires.

    Sur la commune, plusieurs plantes envahissantes sont présentes comme, l’Herbe de la Pampa, le Yucca, le Raisin d’Amérique,… la Canne de Provence,… la plus problématique s’avère être l’Ailante glanduleux (ou Faux-vernis du Japon, Ailanthus altissima) qui forme par endroits de véritables « forêts » denses, empêchant les autres espèces de se développer et possédant de surcroît une sève au pouvoir allergisant.

    Comment lutter contre leur progression ?

    • Eviter de planter ces espèces dans son jardin,
    • Les éliminer (coupe, arrachage,…),
    • Ne pas déposer de déchets verts dans les milieux naturels
      (qui favorisent la dispersion par les graines et les bouturages).